Actualite, Point Sur

[Côte d’Ivoire] Un condamné des déchets toxiques à 20 ans de prison et à 3 millions FCFA d’amende crée son parti politique


Dans un communiqué de presse dont lepointsur.com a reçu copie le 13 janvier 2019, le bureau exécutif national du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvdet-ci) interpelle les autorités compétentes, quant à l’information relative à la création d’un parti politique par  le condamné des déchets toxiques à 20 ans de prison et à 3 millions FCFA d’amende, Gohourou Claude.

L’information de la création d’un parti politique par Gohourou Claude est apparu à la co-une du journal « Le Mandat N°2525 du lundi 24 décembre au mardi 25 décembre 2018 : «Politique/Après les déchets toxiques, Gohourou réussit un autre grand coup. Ce qui se prépare en février 2019… »

À l’intérieur dudit quotidien à la page la N°5, relativement à l’article précité, il est écrit : « Les partis politiques ivoiriens viennent de s’enrichir d’un nouveau-né. Celui-ci a été présenté à la presse, le 21 Décembre 2018, au Centre pilote de Port-Bouët en présence du député Abel Djoré. Après son combat faisant suite à la catastrophe écologique et environnementale consécutive au déversement, en 2006, des déchets toxiques à Abidjan par le Probo-Koala (avec son lot de victimes), Claude Gohourou, a décidé de s’engager en politique… »

Le président du Réseau national pour la Défense des Droits des Victimes des Déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renadvidet-CI), Charles Hanon Koffi, brandissant les preuves à sa disposition. Ph. Archives

Le président du Renadvdet-ci, Charles Koffi Hanon, bénéficiaire d’une décision de justice, l’arrêt N°645/16 rendu le 27 Juillet 2016, par la première chambre correctionnelle de la Cour d’Appel du Plateau, s’indigne d’une telle information. Pour lui, la décision de justice a acquis autorité de la chose jugée en dernier ressort depuis le 5 décembre 2017, donc, selon cette association, des victimes de déchets toxiques, est ‘’insusceptible d’aucun recours’’. « Cette situation constitue une atteinte aux droits des victimes bénéficiaires de l’arrêt sus visé », indique Charles Koffi Hanon.

« Cette décision condamne les nommés Gohourou Ziallo Claude Francois, Koné Cheick Oumar, Digbeu Léocadie, Awa N’diaye épouse M’Baye à 20 ans de prison et 3 millions FCFA d’amende chacun pour abus de confiance, complicité d’abus de confiance et blanchiment de capitaux portant sur la somme de quatre milliards six cent cinquante-huit millions de FCFA et Access Bank à 21 milliards FCFA d’amende pour méconnaissance des préventions de blanchiment de capitaux », rappelle le président du Renadvdet-ci.

Le président du le bureau exécutif national du Réseau national pour la défense des droits des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire, Charles Koffi Hanon, s’étonne et marque sa surprise face à cette situation, alors même que la décision dont sont bénéficiaires, les victimes membres de son association n’a jusqu’ à ce jour pas été exécutée.

Dans un courrier du 8 janvier 2019, il a saisi le ministre de l’Intérieur et de la sécurité afin de lui faire part de la réaction de son association de l’information relative à la création d’un parti politique par Gohourou Ziallo Claude François.

Kpan Charles

Commentaires

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.