Actualite

Adieu EBONY 2015, Vive EBONY 2016 #médias


Chers tous,

Adieu EBONY 2015, Vive EBONY 2016

A la soirée Ebony 2015

A la soirée Ebony 2015

Les lampions se sont éteints sur la 17ème nuit de la communication dite soirée des EBONY, qui récompense le meilleur journaliste ivoirien, samedi 30 janvier 2016, dans les jardins de Heden Golf Hôtel à Abidjan Cocody.

Je tiens à remercier ici, tous ceux qui de près ou de loin m’ont soutenu tout au long de l’année 2015 afin que je puisse réaliser mes neuf sujets. La liste est longue, mais permettez-moi de remercier Mme Chantal Fanny, la Direction ma rédaction, Prof Kouassi Pascal, le Président du conseil d’administration de da l’hôpital de Yopugon-Wassakara, M. Ouattara Clément, mon frère et ami, victime administratif des déchets toxiques, le SG du Syconad-CI, Doh Celestin Serey, le colonel Jc Tibe (Tibé bi Balou Jean-Christophe), Tcheguey Ram(Yao Kouamé Raymond), mon ami personnel rovia Kanga Rovia qui ne cesse de m’encourager), prophète Yassi Marcellin Bleck…

La présidence de la Commission permanente du jury a reçu des mains de son président Joseph Anoman 7.267 productions radio et 3500 pour la presse écrite. Il y a eu au total 1197 candidats. Le site internetlepointsur.com, pour lequel je travaille était parmi les 20 derniers organes sélectionnés par la présidence de la Commission permanente du jury, ce qui démontre de très loin le professionnalisme dont font preuve les animateurs dudit site.

Le souhait du nominé, de ses collaborateurs et de la direction aurait été d’avoir un prix comme tous ceux qui, sélectionnés n’ont pu rien obtenir. C’est le temps de se remettre en cause pour savoir ce qui n’a pas marché. www.lepointsur.com était parmi les nominés de EBONY 2014, puis 2015 il y a donc, lieu de se remettre en cause pour voir ce qui coince.

Si sur 1197 journalistes-candidats, nous sommes parmi les 20 nominés, c’est que nous sommes déjà les meilleurs. La presse en ligne en général et le www.lepointsur.com en particulier ne bénéficie d’aucune subvention de l’Etat, donc le média le plus pauvre du concours. Les organisateurs que nous tenons à féliciter ici, et particulièrement le président de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire, Traoré Moussa gagnerait à proposer un prix spécial pour ce média “orphelin” qu’est la presse en ligne.
Félicitation au Super Ebony 2015, Jérôme Kouakou (RTI Man) et les autres lauréats :

Les travailleurs mettent en pièces détachées tout ce qui a servi d'émerveiller les invités

Les travailleurs mettent en pièces détachées tout ce qui a servi d’émerveiller les invités

Prix sectoriels

Prix SIFCA de l’agriculture: Eméline Amangoua du magazine la (Tribune de l’Economie)
Prix Maurice Bandaman de la culture: Eugène Attounbé (RTI)

Prix de l’Economie Nady Rayess: Check Koné (La Tribune de l’Economie)

Prix BIT de la lutte contre le travail des enfants : Kouadio N’Guessan Armel (Radio CI)

Prix Canal + du meilleur présentateur du journal télévisé : Marie-Laure (RTI)

Prix Ebony presse écrite : Germaine Bony (Frat Matin)

Prix Ebony radio : Jérôme Kouakou (RTI Man)

Prix Ebony TV : Michel Digré

Prix spéciaux

Prix Diégo Bailly de la meilleure enquête : Jérôme Kouakou (RTI Man)
Prix Joseph Diomandé du meilleur reportage : Germaine Bony (Fraternité Matin)

Prix Jean Pierre Ayé de la meilleure interview : Jérôme Kouakou (RTI Man).

Merci aux organisateurs, merci au seigneur grâce à qui nous avons pu jauger notre professionnalisme. Je lui rends personnellement gloire, parce qu’à la date du 10 janvier 2015, au moment où, les confrères célébraient la 16ème nuit des EBONY à Yamoussoukro, j’étais couché dans ma chambre, incapable de faire un geste à plus forte raison suivre l’évènement à la Télévision avec ma famille. Un nouveau soleil s’est levé en 2016, il faut qu’il guide nos pas. C’est cela l’essentiel. Seul le travail paie ceux qui se remettent quotidiennement en cause.

Cette année, j’ai été béni. Vos vœux ont été exaucés. J’ai entamé l’année 2016 dans la santé, la joie et amour. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles, mon épouse et moi étions tout de blanc vêtu (bazin). C’était une façon pour nous de magnifier l’œuvre du seigneur. La fête fut belle et à l’année prochaine si Dieu le veut!
Merci chers tous, aux sponsors, dont le nombre doit augmenter pour UN PRIX SPECIAL de la presse en LIGNE, au conseil exécutif de l’UNJCI et à son président Traoré Moussa Ahmed. Allons dronnnnnnnnnnnnnn…C’est Dieu qui nous guide

 

Sériba Koné

 

Commentaires

commentaires