Inter/Corée du Nord : Pour avoir autorisé la sortie du film «The Interview » : Le président Obama traité de « singe »


Le Président des USA, qualifié de "singe" par la Corée du Nord

Le Président des USA, qualifié de “singe” par la Corée du Nord

Pour avoir encouragé la sortie du film « The Interview », le Président des Etats-Unis d’Amérique,  Obama a été traité de « singe » par la Corée du Nord. Et  Ce n’est pas la première fois que la Corée du Nord qualifie le président américain de « singe ». Début mai dernier, la Korean Central News Agency affirmait déjà qu’Obama lui « rappelait un singe noir méchant. » L’agence centrale nord-coréenne n’a pas pour habitude de mâcher ses mots.

Le recours à l’insulte ou au registre animalier est récurrent lorsqu’elle s’adresse aux dirigeants sud-coréens. Un « rat » ou de la « pourriture sur pattes » pour qualifier l’ancien président Lee Myung-bak, une « vieille pute » pour l’actuelle chef de l’Etat Park Geun-hye.

« Enfants morveux »

« Obama est toujours imprudent en paroles et en actes comme un singe dans une forêt tropicale », affirme cette fois la Commission Nationale de Défense nord-coréenne. Pyongyang n’a visiblement pas digéré le fait que le président américain ait encouragé la sortie de The Interview   dans les salles aux Etats-Unis à Noël.

Un film dont le synopsis repose sur l’assassinat du président Kim Jong-un ainsi que sur une compilation de blagues nulles contre les Asiatiques. La comédie a visiblement fait peur à son producteur. Sony Pictures a dans un premier temps fait savoir qu’il renonçait à la sortie en salle en raison d’attaques informatiques de présumés hackers nord-coréens, avant de se rétracter face aux pressions des médias américains. Et le film a finalement pu sortir.

Des insultes suivies, comme à chaque fois, par des menaces : « Si les Etats-Unis continuent à être arrogants (…) en dépit des avertissements répétés, ils devront garder à l’esprit que leurs actions politiques ratées entraîneront inéluctablement des coups mortels » poursuit un porte-parole de la commission cité par Le Monde les autorités nord-coréennes se veulent évidemment blanches comme neige et renvoient la balle à l’envoyeur.

Ce serait Washington qui aurait perturbé le réseau internet nord-coréen : « Les Etats-Unis (…), si honteux qu’ils jouent à cache-cache comme le feraient des enfants morveux, ont commencé à perturber le fonctionnement d’Internet des principales institutions de notre république. »

Opportune avec Afrik.com

 

Commentaires

commentaires