Actualite, Grands Genres

Déchets toxiques/ Pourquoi Trafigura et Puma Energy doivent négocier avec le Colonel Tibé Bi Balou #environnement


Abidjan, le 30-7-15 (lepointsur.com)- Depuis le 30 juillet 2015, ce sont les vacances judiciaires en Côte d’Ivoire. Une justice marquée par les multiples  procès liés à l’affaire des déchets toxiques tout au long de l’année judiciaire. En effet, le 19 août 2006, un bateau grec battant pavillon panaméen et ayant un équipage russe, le Probo Koala, a jeté l’ancre au large du  port  autonome d’Abidjan (PAA), transportant dans ses soutes environ 528 m3 de déchets toxiques. Dans la nuit du 19 au 20 août, plusieurs camions citernes vont déverser dans le district d’Abidjan une grande partie de cette cargaison. Créant un scandale environnemental lourd de conséquences.

"J’ai gardé la foi en Dieu et sa justice." Soutient le Colonel Tibé Bi Balou Christophe

“J’ai gardé la foi en Dieu et sa justice.” Soutient le Colonel Tibé Bi Balou Christophe

Le Colonel Tibé Bi Balou Directeur Général des Affaire maritime et portuaire qui, quelques jours avant le déversement des déchets est relevé de ses fonctions paiera les frais. Jeté en prison,  puis blanchi par la suite cet expert des affaires maritimes après réflexion ne se laissera pas faire. En décembre 2014, il va porté plainte contre la société Trafigura « pour dommage et intérêt » portant sur la somme de 300 milliards FCFA (environs 460 euros).

Décembre 2014-Juillet 2015. Sept mois de procès dans l’affaire Colonel Tibé Bi Balou contre la société Trafigura qui a connu son premier dénouement à la première chambre civile d’Abidjan jeudi 30 juillet 2015. Le délibéré rendu par le président du Tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau, Coulibaly Hamed suite au dépôt des conclusions écrites du ministère public (Parquet) fait état d’un renvoi de l’affaire au 5 novembre 2015, « pour retenu ». Bien entendu, s’appuyant sur les conclusions du Procureur de la République qui est le ministère public représentant l’Etat de dans cette affaire.

Trafigura et Puma Energy à la croisée des chemins

Approché après le report du 5 novembre pour « retenu », le Colonel Tibé Bi Balou Jean-Christophe tout en réitérant le devoir de réserve dont il nous a toujours fait cas reste serein. Puisque nous avons pu lui tirer quelques mots. « Depuis 2006, date de l’éclatement du scandale des déchets toxiques jusqu’aux conséquences humiliantes et dégradantes sur ma vie, celle de ma famille et de mes proches j’ai gardé la foi en Dieu et sa justice, ainsi qu’à la justice de mon pays. En ces magistrats dont ne doute aucunement de l’intégrité moral. » A soutenu l’ex-DG de la Dgamp serein.

A y voir de prêt la sérénité du Colonel Tibé Bi Balou quant à la suite judiciaire de l’affaire qui l’oppose aux sociétés Trafigura et Puma, est fondée. Puisqu’aucune pièce ne peut être versée au dossier, encore moins retiré, si ce n’est une autre ouverture d’un procès. Mieux, la société Trafigura n’a gagné aucun procès partout dans le monde. Ce n’est donc pas la justice de Côte d’Ivoire qui fera exception vu que les faits sont là, têtus.

Les responsables de Trifigura et Puma gagneraient à profiter des vacances judiciaires  pour négocier un montant avec le Colonel Tibé Bi Balou Christophe qui, selon toute vraisemblance reste ouvert, au risque de lui reverser « le dommage et intérêt de 300 milliards FCFA ». Sans aucune autre forme de procès, dans la mesure où les éléments que le ministère public détient et qui sont au dossier sont suffisants pour que le juge rende sa décision finale en faveur du Colonel Tibé Bi Balou, dans quelques mois.

Sériba Koné

kone.seriba67@gmail.com

 

Commentaires

commentaires