Actualite, Point Sur

Assignation de Trafigura en justice/ Le message fort du Colonel Tibé Bi Balou à Claude Dauphin, l’opinion nationale et internationale


– Plus jamais ça !

De G à D: Valentini, Ogonougbo (au centre) et Claude Dauphin lors des émeutes soulevées par des détenus, en son temps à la Maca (Ph: Dr)

De G à D: Valentini, Ogonougbo (au centre) et Claude Dauphin lors des émeutes soulevées par des détenus, en son temps à la Maca (Ph: Dr)

Le scandale des déchets toxiques déversés le 19 août 2006, au Port Autonome d’Abidjan (PAA) par le bateau pollueur Probo Koala de la société Trafigura n’a pas fini de livrer ses secrets. Après avoir porté plainte contre Trafigura, l’ex-Dg de la Dgamp, le Colonel Tibé Bi Balou qui a été écroué à la Maca et perdu son poste prend l’opinion à témoin.

Le déversement des déchets toxiques en août 2006, au Port Autonome d’Abidjan(PAA) continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive ces derniers temps en Côte d’Ivoire. Outre, Charles Koffi Hanon qui, au nom du Réseau national pour la défense des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire (Renavidet-Ci) et bien d’autres associations de victimes qui mènent un combat pour l’indemnisation de ces derniers tant devant les juridictions ivoiriennes qu’internationales , il y a d’un autre côté le Colonel Tibé Bi Balou qui estime être l’une des grosses victimes qui traduit Trafigura devant les juridictions ivoiriennes.

Cette action judiciaire enclenchée par l’ex-Dg des Affaires maritimes et portuaires (Dgamp), le Colonel Tibé Bi Balou et son conseil contre la richissime société Trafigura de Claude Dauphin est interpellatrice à plus d’un titre. Et pour cause.

Au-delà de l’assignation de Trafigura, l’ex-Dg de la Dgamp veut inviter les autorités politiques,  administratives, ainsi que la société civile des pays africains à comprendre que “leurs pays ne doivent pas servir de dépotoir aux blancs“.

Tous ceux qui ont tenté de m’éclabousser dans cette affaire sont où aujourd’hui ?” S’est interrogé l’expert des affaires maritimes avant d’interpeller des mains obscures tapis dans l’ombre (qu’il se garde de citer pour l’heure).

Je conseille à toutes et tous, malgré son rang et qualité en Côte d’Ivoire de se ressaisir et laisser la justice faire librement son travail. Que la vie, la carrière et la dignité d’un cadre ne soient pas détruites pour les besoins mercantilistes d’une classe africaine assoiffée, particulièrement ivoirienne. En dommages et intérêts, je ne réclame que la modique somme de 460millions d’euros. Ce que Trafigura n’est pas incapable de débourser. Rien ne sert de changer de conseil juridique tous les mois. Moi, j’irai jusqu’au bout car la Côte d’Ivoire n’est pas le Congo-Brazzaville,” martèle Tibé Bi Balou pour interpeler l’opinion et le Pdg de Trafigura, Claude Dauphin. Qui, dit-il sait de quoi il parle au Pdg de Trafigura quand il cite le Congo-Brazzaville.

De nos investigations, la société Trafigura est à son 4ème conseil juridique dans l’affaire qui l’oppose au Colonel Tibé Bi Balou. Après avoir dessaisi  Me M’Baye du dossier puis le cabinet Karim Fadiga et Associé (qui a représenté l’avocat de l’Etat de Côte d’Ivoire) et transféré le dossier à la petite-sœur,  Me Mawa Fadiga à ce jour, c’est Me Samassi, avocat du Rdr qui a en charge la défense des intérêts de Trafigura et Puma Energy.

Va-t-on politiser cette affaire quand on sait que le politique a échoué en 2007, dans le protocole d’accord signé entre l’Etat de Côte d’Ivoire et Trafigura (nous y reviendrons avec  preuves à l’appui) ?

Je précise que l’action menée en justice est contre les blancs et non contre les noirs. Il faut que tous ceux qui sont trempés dans cette affaire et nagent dans la boue du Probo Koala le dos dehors arrêtent leurs fausses besognes,” menace Tibé Bi Balou qui est prêt à aller au charbon. “Ce n’est pas seulement ma vie qui est gâchée dans cette sale affaire. Il y a celle de ma famille et de mes proches,” soutient-il très remonté.

En effet, le Colonel Tibé Bi Balou occupait jusqu’au 4 août 2006, les fonctions de DG des Affaires Maritimes et Portuaires (Dgamp) au   ministère des Transports en Côte d’Ivoire. Que s’est-il réellement passé pour que le Colonel Tibé Bi Balou soit limogé de son poste par le Premier ministre d’alors,  Charles Konan Banny et le ministre des Transports,  Innocent Anaky Kobenan ?

La question mérite d’être posée, parce qu’aussi curieux que cela puisse paraître, deux semaines après son départ de la Direction générale de la Dgamp, soit le 19 aout 2006, le Probo Koala accostait au Port Autonome d’Abidjan(PAA) pour déverser son contenu toxique.

La suite est connue de tous. Le procès s’est achevé par l’acquittement pur et simple du Colonel Tibé Bi Balou (en boubou sur la photo d’ouverture). Après avoir perdu son poste de Dg des affaires maritimes et portuaires, il aura séjourné à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca),  suite à cette sombre affaire, lui et le patron de Trafigura, Claude Dauphin, ainsi que d’autres personnes.

De sources proches de Tibé Bi Balou,  il aurait tout mis en œuvre par “solidarité” d’ancien geôlier de la Maca avec Claude Dauphin de “trouver un consensus“. Mais, son compagnon de prison a observé un silence radio. C’est ainsi que le 18 décembre 2014, le Colonel Tibé Bi Balou traduit la société Trafigura devant les tribunaux ivoiriens et réclament 300 milliards Fcfa de « dommage et intérêt » soit 457.351.932 Euros, environ 460 millions d’Euros.

Tibé Bi Balou, ex-Dg de la Dgamp (Ph:Dr)

Tibé Bi Balou, ex-Dg de la Dgamp (Ph:Dr)

L’assignation de Trafigura en justice par un simple individu expert maritime soit-il est un message fort. Plus jamais ça ! Pourrait-on résumer les raisons pour lesquelles le Colonel Tibé Bi Balou a porté plainte contre la société multimilliardaire, Trafigura dont il ne doute pas des capacités de dédommagement.

Quand le déversement des déchets toxiques viole la Convention de Bâle

Le Professeur Bogui Pascal,  spécialiste en pneumo-phtisiologie, révèle que l’inhalation involontaire et de longue durée (4 mois) des émanations dégagées par les déchets pétroliers a, d’abord provoqué une augmentation de la fréquence des symptômes d’irritation chronique des voies respiratoires, Orl et digestives. Toute chose qui, pour lui, établit la réalité de certaines plaintes formulées par les victimes des déchets toxiques déversés par le Probo Koala.

Enfin, cette inhalation a provoqué des altérations fonctionnelles documentées au plan respiratoire dont la gravité peut aboutir à l’induction d’un asthme chez 20% des personnes exposées. Résultat qui, bien entendu, témoigne de la toxicité très élevée des émanations dégagées par lesdits déchets sur le fonctionnement de l’appareil respiratoire. 

Puis,  l’un des présidents des victimes des déchets toxiques, Rymer Bright d’affirmer que, selon les résultats du spécialiste en pneumo-phtisiologie, les personnes exposées dont l’âge se situe dans la fourchette de 19 ans en moyenne sont similaires à celles recueillies chez des fumeurs réguliers d’âge moyen égal à 45 ans et ayant fumé environ 30 cigarettes par jour pendant 20 ans.

L’Etat, à travers le Président Alassane Ouattara doit donc reconnaitre par voie de déclaration, la nature toxique des déchets déversés par le Probo Koala. Pour Rymer Bright, cette déclaration permettra de conclure que le déversement de ces déchets a violé la Convention de Bâle relative aux mouvements transfrontaliers des déchets dangereux ; celle de Bamako qui pose le principe de l’interdiction générale d’importation de déchets dangereux en Afrique organisée par les pays non africains et enfin le code de l’environnement interdisant l’importation, l’exportation, l’enfouissement dans le sol ou le rejet dans la mer des déchets dangereux.

Sériba Koné

Commentaires

commentaires