Actualite, Point Sur

29 Juin 2007-29 Juin 2014/ Qui a attaqué l’avion de Guillaume Soro ?


–      La victime raconte les faits

AVION17 ans et le mystère plane toujours sur l’identité des commanditaires de l’attentat contre l’avion du Premier ministre d’alors aujourd’hui président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro.
Qui sont- ils? D’où viennent-ils et quels ont été leurs mobiles? Qui sont leurs commanditaires? Quels résultats attendaient-ils?

Ce commando mystérieux a failli mettre fin à la vie des ministres Sidiki Konaté,Alain Lobognon, ainsi que Méite Sindou, Soul to Soul et autres…
Au nom de la vérité dans le cadre de la réconciliation, il faut que la vérité soit sue.
Nous connaissons aujourd’hui, tous ceux qui ont fait tuer le général Guei, le colonel Dosso.AVION2

7 ans après l’attentat contre Soroà Bouaké, on constate malheureusement qu’on n’a toujours pas eu vent des résultats des enquêtes de l’Onuci à l’Etat de Côte d’ Ivoire en passant par les ex-Forces nouvelles. C’est silence radio. Pourquoi ? Que sont devenus tous ces rescapés dont certains ont été jetés aux oubliettes.

Que devient l’idée de création de l’Association des rescapés du 29 juin pour cultiver la solidarité entre les membres que le destin a réunis ce jour-là?

L’attentat du 29 Juin doit permettre à tous ceux qui ont faillit perdre la vie ce jour là, de ressouder leurs relations et de se pardonner les uns aux autres.
Ils auraient pu mourir et le monde aurait continué sans eux

C’est dans ce cadre que l’honorable Sidiki Konaté était le 28 juin 2014, en visite de courtoisie à son “frère et ami le Président de l’Assemblée National, Soro Guillaume.

À part nos contacts permanents au phone et par mail,on ne s’était pas vu depuis quelques mois“, a indiqué le député de Man.

Kpan Charles

Guillaume Soro raconte l’attaque

KONATE SIDIKI SORO« 29 Juin 2007! Jour fatidique. Jour de douleurs vives. Ce jour-là, j’avais compris la mort. Je l’avais presque acceptée avec sérénité. Indifférence ? Les images de l’effroi se bousculent. Tout devient noir et rouge. Rouge du sang du caporal Diomandé, mon garde du corps, qui dégouline sur moi. Car j’avais admis la mort. Les images ont défilé dans mon cerveau embrouillé. Le noir s’est emparé de l’avion. Et je ne voyais pas ces corps affalés sur les sièges. Je sors de l’avion quelque peu hébété. Je ne réalise pas encore ce qui vient de se passer. Disons que je ne l’accepte pas, car je ne peux pas comprendre. Pourtant, c’est aux magistrats que je devais m’adresser ce jour-là. Hélas, ce sont plutôt les roquettes de la mort que je devrais affronter.

Arrivé dans mon bureau du Secrétariat général des Forces nouvelles, je frissonne encore. Je regarde mes habits tachés du rouge. Je me touche et pourtant je ne ressens pas de douleur. Je me tâte ! Curieux je ne suis pas blessé ! Tout me revient. C’est le sang du caporal Diomandé. Ce garde du corps qui a eu le réflexe de courir à moi dès qu’il a entendu l’explosion. Il voulait me couvrir de son corps pour me protéger. Il pensait que son corps serait un solide paravent pour moi. C’est cet acte qui lui a coûté la vie. Dans sa course à moi, un éclat de roquette lui a tranché le bras et l’omoplate. Il s’est alors affalé sur moi murmurant « chef, je suis touché ». Je ne sais que répondre. Un peu hagard, je lui rétorque : « Non, Tu n’es pas touché ». Non, en effet je refuse d’admettre la réalité. Non, je ne veux pas qu’il meure. Hélas, il se vide de sang sous mes yeux. Ses yeux deviennent vitreux. Je sens la mort dans son regard. Je ne sais que faire ! Je détourne mon regard. À sa suite, je vois Soul étendu et saignant qui me chuchote : « moi aussi je suis blessé ». Je comprends que nous sommes dans un cauchemar. Le cauchemar du 29 juin 2007. Je veux en sortir mais je suis prisonnier de l’avion. Je demande à Hermann, mon aide de camp : « dis-moi qu’est-ce qui se passe ? » Et c’est Kouamé Jean-Baptiste qui me répond : « chef, on tire sur l’avion ». « Comment ça ? » répliquais-je. Et JB de continuer : « on tire de partout sur l’avion ». Ce 29 juin ne s’oubliera jamais. Le ministre Alain Lobognon doit créer l’Association des rescapés du 29 juin pour cultiver la solidarité entre les membres que le destin a réunis ce jour-là, pour remercier Dieu de la prolongation qu’il nous permet de disputer sur la terre des Hommes. Car le 29 juin 2007, le destin aurait pu se terminer dans le noir et le rouge. Ave»

Guillaume Kigbafori Soro

 

Commentaires

commentaires

Vote final

Note finale 0