Actualite, Point Sur

Vœux de nouvel An au MPE/ Adama Toungara met en garde tous ceux qui seront coupables de malversations #pétroleénergie#civ


– Les raisons d’un licenciement

Le ministre du Pétrole et de l'Energie Adama Toungara

Le ministre du Pétrole et de l’Energie Adama Toungara

Le présent offert au ministre par ses collaborateurs.Ph.Dr

Le présent offert au ministre par ses collaborateurs.Ph.Dr

Abidjan, 23-1er-2016 (lepointsur.com)-” En ce qui le concerne, le Ministère du Pétrole et de l’Energie s’est engagé à faire en sorte que les secteurs Pétrole et Energie participent activement au développement socio-économique du pays, afin de maintenir sa croissance à deux chiffres“. Tel est d’entrée de jeu, le défi planté par le ministre du Pétrole et l’Energie ivoirien, Adama Toungara, vendredi 22 janvier 2016, à ses collaborateurs lors de la présentation des vœux de l’an, au siège de Petroci (Société Nationale d’Opérations Pétrolières), à Abidjan, pour réaffirmer l’ambition du Président Alassane Ouattara de faire la Côte d’Ivoire un pays émergent, en 2020.

Cet objectif se traduit d’abord selon le ministre, au niveau de l’amont pétrolier, où secteur a connu une croissance. La  Côte d’Ivoire est passée de 18 mille barils/Jour à 45 mille barils/ Jour.  Au niveau de l’Amont pétrolier, nous nous félicitons de la signature de 23 nouveaux Contrats de Partage de Production y compris 2 blocs en eaux très profondes. Sur 61 blocs pétroliers que compte le bassin sédimentaire ivoirien, 29 blocs sont attribués dont 4 en production, 2 en évaluation et le reste (23) en exploration. A cet effet, je voudrais rappeler que l’ambition de notre pays est d’augmenter sa production de pétrole brut et de gaz naturel pour atteindre graduellement 100.000 Bepj par jour et 200.000 Bepj d’ici 2020, a indiqué Adama Toungara.

La mise en œuvre de l’ensemble de ces projets du secteur de l’électricité inscrit dans le Plan national de développement pour la période 2016-2020 se chiffre à environ 5 500 milliards de FCFA.

Les raisons d’un licenciement

La forte chute du coût du pétrole brut qui est passée de 144 dollars de barils à 29 dollars le baril, aujourd’hui contrarie les beaux résultats des travaux de développement. Quant à la production du gaz, elle augmente. “Ce qui est une bonne chose pour la production de l’électricité“, a affirmé le ministre du pétrole et l’énergie.

Quant à l’Aval, l’application du mécanisme automatique de fixation des prix des produits pétroliers, en fonction des cours du brut sur le marché international, a permis l’amélioration des recettes de l’Etat tout en réduisant plusieurs fois le prix des carburant à la pompe renforçant ainsi le pouvoir d’achat des populations. “La forte chute des cours du baril de pétrole brut, de plus de $ 140 à environ $29 le baril vient contrario les bons résultats des travaux de re développement de nos champs pétrolier travaux qui nous permettent de passer d’environ 18000 baril/jour à plus de 45000 baril/jour déjà. La production de gaz naturel, combustible premier du secteur de l’électricité, atteint les 220 à 250 million de pied cube jour. La chute des cours du brut affecte très fortement l’ensemble des sociétés pétrolières dans le monde ainsi que les économies des pays producteurs. Petroci, notre société nationale, n’échappe pas à cette baisse de près de 3/4 de ses revenus issus du Pétrole brut mais Petroci continue de faire face à ses engagements contractuel de sorte à se préserver et impacter le moins possible ses 609 collaborateurs“, a révélé le ministre Adama Toungara, pour expliquer en quelques lignes, le récent licenciement dans ce secteur.

De même le domaine du raffinage connait également beaucoup de difficultés ; plusieurs raffineries dans le monde et notamment en Afrique sont à l’arrêt. En Côte d’Ivoire, la SIR et la SMB enregistrent un bon niveau de performances techniques et économiques.

Le taux d’utilisation des unités pétrolières de la SIR se situe à 82.5% en 2015, niveau jamais atteint depuis 10 ans et qui situe la SIR parmi les meilleures raffineries au monde au plan des performances techniques. Sa situation financière de la SIR reste encore difficile, en raison du poids de la dette liée aux pertes accumulées depuis 2008” a indiqué Adama Toungara.

L’audit de la SIR réalisé par l’Etat permettra de prendre les mesures nécessaires pour rétablir définitivement la situation financière de ce bel outil stratégique pour la Côte d’Ivoire et la sous-région.  Grâce à la volonté et au soutien de l’Etat ainsi qu’aux performances de la SIR, qui continue de fonctionner.

L’année 2016 s’annonce sous de meilleurs auspices pour les secteurs Pétrole et Energie“, a renchéri le ministre.

 

Des points positifs relevés par Hippolyte Ebagnitchié

Le Directeur Général de l’Anaré (Autorité Nationale de Régulation du secteur de l'Electricité), Hippolyte Ebagnitchié s'exprimant au nom de la grande famille du pétrole et de l’énergie

Le Directeur Général de l’Anaré (Autorité Nationale de Régulation du secteur de l’Electricité), Hippolyte Ebagnitchié s’exprimant au nom de la grande famille du pétrole et de l’énergie

Bien avant, au nom de la grande famille du pétrole et de l’énergie, le Directeur Général de l’Anaré (Autorité Nationale de Régulation du secteur de l’Electricité), Hippolyte Ebagnitchié a fait le point des deux axes stratégiques, à savoir, l’énergie électrique et les hydrocarbures dans lesquels, la Côte d’Ivoire a enregistré de bons résultats.

Au titre du secteur de l’énergie électrique, la production a connu une nette augmentation, avec la mise en service de la phase 3 du site combiné d’Azito, mais aussi, le bouclage sur le réseau du site combiné du Ciprel.

Au titre du secteur de l’Energie Electrique, la production a connu une nette augmentation.

En effet, la puissance installée est passée de  1632 MW à 1772 MW à fin 2015 avec  la mise en service de la phase 3 du cycle combiné d’AZITO.

Cette capacité  atteint à ce jour 1901 MW avec le couplage au réseau national du cycle combiné de la CIPREL qui sera inauguré dans les prochaines semaines par vous-même, Monsieur le ministre” a indiqué Hippolyte Ebagnitchié.

En outre, les travaux de l’aménagement du barrage hydroélectrique de Soubré (275 MW) progressent avec la mise à disposition de la belle cité d’exploitation. Deux protocoles d’accord pour la réalisation à San-Pedro de deux centrales à charbon de 700 MW chacune ont été signés.

En somme, la politique de relance du renforcement des capacites de production mise en œuvre depuis 2012 portera le potentiel de production à 4000 MW à l’horizon 2020” s’est félicité le DG de l’Anaré au nom de ses compatriotes.

Au niveau du segment transport et distribution, il a fait noter les chantiers suivants qui sont,  la construction du poste 90/15 d’Anoumabo ainsi que les postes d’AZITO et de la DJIBI qui seront inaugurés les prochains jours, l’extension des postes de Yopougon 1 et 2, de la Riviera et de Bia Sud, la mise en service de la ceinture 225 KV d’Abidjan.

Toutes ces réalisations contribuent durablement à l’amélioration de la qualité de la fourniture de l’électricité“, s’est-il justifié.

Au niveau de l’accès à l’électricité, Hippolyte Ebagnitchié a soutenu que des actions vigoureuses ont été menées en vue d’aider les populations.

Il cité entre autres, la poursuite de la politique de branchements sociaux renforcée par le  « Programme Electricité pour Tous », PEPT. Un projet qui a permis aux populations d’avoir accès à l’électricité à 1000 francs CFA, la différence étant échelonnée sur 10 ans, l’électrification de tous les villages de plus de 500 habitants de l’Est de la Côte d’Ivoire grâce au Programme d’Urgence d’électrification rurale du Président de la République (PURADO).

Cette politique courageuse a permis d’accroître le nombre de branchements en 2015, avec un objectif de 200 000 branchements en 2016“, a-t-il renchéri.

Au niveau du service à la clientèle, le Centre de Relation Client mis en place par le concessionnaire (CIE) pour se rapprocher davantage des clients a atteint un volume d’appels traités de 284 000 appels en  2015 contre 214 000 appels en 2014; soit un taux de progression de 32%. “Cette performance est proche des standards internationaux “, selon le DG de l’Anaré.

Au titre du secteur des hydrocarbures, les  niveaux de production a connu une croissance.

Pour le gaz naturel, nous avons enregistré une production de 220 millions de pieds cubes jour soit une augmentation de 4%. De manière plus spécifique : 2 nouveaux Contrats de Partage de Production ont été signés portant ainsi le nombre de Contrats de Partage de Production à 24. Il s’agit de 18 forages dont 2 forages d’exploration, 3 forages d’évaluation et 13 forages de développement ont été réalisés. Le taux d’utilisation de la Raffinerie de la SIR a atteint un niveau exceptionnel de 82.5 %. Une valeur qui, notre interlocuteur, situe les performances de la SIR “parmi les meilleures au monde”.

Le résultat d’exploitation de la SIR est en nette amélioration et le plus élevé des dix dernières années. Cependant, la situation financière reste à améliorer. Le dépôt de GESTOCI à Yamoussoukro a vu sa capacité de stockage s’accroître.  Le transfert du gasoil et du super carburant à partir du pipeline multi-produit Abidjan – Yamoussoukro a débuté. Un mécanisme automatique de fixation du prix à la pompe a été adopté. La disponibilité du gaz butane pour les populations s’est améliorée grâce à l’accroissement des capacités de stockage qui ont atteint 19 000 tonnes métriques (TM).

Quant à la Société Multinationale de Bitume (SMB), le taux d’utilisation de l’exercice 2015, s’établit à 83,3% avec une production totale de 245 Kilotonnes (KT) de bitume.

Comme on peut le constater, Monsieur le ministre, vous avez redynamisé le secteur du pétrole et de l’énergie et relancé le développement de l’hydro-électricité“, s’est-il réjoui.

Pour cette année 2016, de nombreux défis pour la consolidation des acquis nous attendent. Nous devons travailler avec « efficacité et célérité » conformément à la vision du président de la république“, a rassuré le porte-parole des Présidents de Conseil d’Administration, des Directeurs Généraux de la grande famille du secteur du Pétrole et de l’Energie au ministre.

Sériba Koné

 

Commentaires

commentaires