Actualite

Sortie de la ministre de la Communication sur la naturalisation de Blaise Compaoré/ La part de vérité d’un citoyen ivoirien à Affoussiata Bamba Lamine #nationalité


Abidjan, 26-02-16 (lepointsur.com)-Selon Madame la Ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement ivoirien, “La naturalisation de Blaise Compaoré (…) est une décision souveraine qui a été prise. Elle ne va rien induire”, (…)”Il est ivoirien un point, un trait comme chacun d’entre nous (…) il n’y pas lieu de faire un commentaire outre que de constater qu’il est Ivoirien“, a-t-elle insisté.

Landry KUYO, Citoyen de Côte d'Ivoire.Ph.Dr

Landry KUYO, Citoyen de Côte d’Ivoire.Ph.Dr

Or, si l’octroie de la nationalité est une décision souveraine, elle n’est nullement une décision discrétionnaire. Le Président de la République, Chef de l’Etat se conformant à la loi dans le strict respect de la vérité républicaine selon laquelle la Nationalité est de l’ordre de la Chose Publique (Res Publica). Etant chose commune, elle appartient à tous les citoyens ivoiriens qui de cette seule qualité ont le droit de « citer » c’est à dire le droit de s’interroger et d’interroger ainsi, la loi et le garant de la bonne exécution des lois tant dans l’objet que dans la cause motivant la prise de décision. A toute fin utile, en droit, un acte, une convention et même une procédure judiciaire peuvent être légales et souffrir d’irrégularités à cause de la cause qui les motivent en vrai.

Alors d’où vient-il qu’il ne saurait avoir de commentaires, et comme des Soldat de plombs, nous devions juste subir la seule volonté de la main joueuse qui nous tiendrait? Pis, que nous faut-il comprendre par ” UN POINT, UN TRAIT”?

En langue française, le « trait » renvoie soit à l’oblique, donc à une barre mettant rigoureusement fin à une idée matérialisée par une phrase ou un paragraphe. Aussi, le trait renvoie à l’horizontal, donc au tiret. Certes géométriquement insignifiant, il est toutefois suffisamment utile pour énumérer des idées nouvelles précisant la pensée originelle. Il est le parfait moyen de la contribution, l’outil maître de la contribution au débat public, le symbole linguistique de la démocratie.

En tout état de cause, nous citoyens de Côte d’Ivoire, titulaires solidaires de la Nationalité ivoirienne et participant tous à son anoblissement, nous continuons à nous interroger même en silence puisque nous ne sommes pas des soldats de plombs. Un POINT ET RIEN DE PLUS !

Landry KUYO, Citoyen de Côte d’Ivoire

Commentaires

commentaires