Palabres entre agriculteurs ivoiriens et éleveurs maliens du Bafing : le président de la communauté malienne monte au créneau


Touba, 14-07-2017 (lepointsur.com) Face aux récurrents conflits qui assombrissent les relations entre éleveurs et agriculteurs dans le Bafing, le président des Maliens de la région a réagi le vendredi dernier à Touba. Il a été pour Kéita Mamadou, de passer au peigne fin les raisons des palabres qui perdurent dans la région entre éleveurs et agriculteurs et de faire également des propositions pour circonscrire ce mal qui entachent les relations entre ces deux communautés.

A l’en croire, ses compatriotes bouviers sont en train de quitter le territoire pour avoir dévasté des champs. Plusieurs bœufs poursuit-il sont parfois abattus dans certains villages notamment ceux des sous-préfectures de Touba, de Foungbesso et de Ouaninou. Ce qui crée un grand désaccord entre éleveurs et agriculteurs.

Se sentant donc menacés, les bouviers maliens ont décidé de quitter le territoire, pour se terrer en Guinée. Mais leurs conditions en Côte d’Ivoire sont meilleures qu’en Guinée, précise Keita Mamadou. Poursuivant, le premier responsable des maliens du Bafing a exhorté les allogènes et autochtones à se parler et à faire attention aux attentes des uns et des autres pour remédier aux problèmes.

A ses frères ivoiriens (Mahou) du Bafing, il leur a demandé de composer avec leurs amis et frères du Mali de sorte à trouver une solution idoine au problème.

 “Nous supplions nos tuteurs ivoiriens de composer avec nous, afin qu’on lave le linge sale en famille. Nos deux pays sont frères. Nous demandons une franche collaboration avec les agriculteurs pour qu’ensemble chaque partie apporte sa contribution à l’émergence du pays. Le développement d’un pays rime avec la pluralité des individus qui le composent.Le malien contribue, le Guinéen, l’ivoirien c’est tous ensemble que nous concourrons à l’essor de ce pays qui nous a adopté. Je souhaite de tous mes vœux que ce problème qui n’arrange personne cesse et cela avec le concours de tous “, plaide-t-il.

Terminant, Keita Mamadou a promis également de sensibiliser ses compatriotes afin que les dégâts de cultures cessent. “Les autochtones vivent de leurs plantations. Nous devons faire en sorte qu’elles soient épargnées. C’est à ce seul prix que la paix et la cohésion vont demeurer entre nos différentes communautés”, conclut-il.

Doumbia Balla Moise 

(District des montagnes)

 

 

Commentaires

commentaires