Actualite, Point Sur, Uncategorized

[Manifestations généralisées] Ces « gilets jaunes » qui ‘’jaunissent’’ la France


Depuis le 17 novembre 2018, les « gilets jaunes » qui manifestent contre la hausse des prix des carburants sont visibles partout en France. Le samedi 24 novembre 2018, des manifestants ont radicalisé leur mouvement de protestation par des incendies avec des flammes jaunes sur les Champs-Elysées.

Les « gilets jaunes » ont lancé samedi l’« acte 2 » de leur mobilisation à Paris et ailleurs en France sur de multiples revendications, parties de la hausse des prix des carburants et désormais plus largement sur le « ras-le-bol fiscal ».

Des ”gilets jaunes” en pleine manifestation

Dans l’après-midi, le ton est monté en puissance sur les Champs-Elysées avec des barricades formées ça et là, et une grue de chantier mises à feu. Des feux de signalisation à terre. Des commerces pillés. Des pavés déterrés de force ont servi de projectiles contre les forces de maintien de l’ordre.

En face, la riposte était appropriée. Les forces de maintien de l’ordre ont utilisé des canons à eau, des gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants qui tenaient s’exprimer à l’Elysée.

De cette violence en plein cœur de Paris, de hautes fumées de gaz lacrymogène entremêlées aux flammes jaunes de barricades. Et des « gilets jaunes » visibles.

Ces « gilets jaunes » étaient au nombre 8 000 à Paris et plus de 106 000 personnes partout en France, selon le ministre de l’intérieur Christophe Castaner.

Plus de 1 600 actions ont été organisées sur tout le territoire français. Conséquence : au total, 130 personnes ont été interpellées, dont 42 à Paris, où l’occupation des Champs-Elysées a été émaillée de violences et dégradations.

Le point de cette situation ‘’honteuse’’ qui se dégrade fait état de plus de 3 000 policiers mobilisés à Paris et dans les communes limitrophes. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a appelé à la « responsabilité des organisateurs » alors que les actions des « gilets jaunes » depuis une semaine ont fait deux morts, 620 blessés parmi les manifestants dont 17 graves et 136 blessés parmi les forces de l’ordre dont trois grave.

Le samedi, “Il y a très peu de blessés et c’est cela dont je veux féliciter les forces de l’ordre“, a déclaré Christophe Castaner, face aux journalistes. La préfecture de police en recense 19, dont quatre parmi les gendarmes et policiers à Paris.

Face à ces scènes de chaos et de guerre qui continuent à passer boucle sur les chaînes de télévisions internationales, le président français est dans une bulle. Il rend hommage aux forces de maintien de l’ordre, lance des pics à ses adversaires et ignore les troubles. « Merci à nos forces de l’ordre pour leur courage et leur professionnalisme. Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République.» Un tweet qui, sûrement donnera des rires jaunes à ses adversaires politiques.

Quant aux « gilets jaunes », ils continuent à ternir l’image de la France des rêves qui fait courir touristes et migrants.

Le mouvement des gilets jaunes, selon wikipédia du nom des gilets de haute visibilité de couleur jaune portés par les manifestants, est un mouvement de protestation non structuré apparu en France à la fin de l’année 2018.

Serges Mignon

 

Commentaires

commentaires