Actualite, Tag RFI, Technologie

[Loi sur la rémunération de la presse en Australie] Google contre-attaque


La passe d’armes continue entre Google et le gouvernement australien qui souhaite forcer les GAFA à payer les entreprises de presse lorsqu’ils partagent leurs articles.

Moins d’une semaine après avoir donné naissance à son troisième enfant, Mel Silva était absolument partout sur les réseaux ce vendredi 29 janvier. Après avoir été entendue la semaine dernière par le Sénat qui examine le projet de loi, la directrice générale de Google en Australie s’est adressée directement aux Australiens à travers une vidéo très largement diffusée sur Internet. Devant les sénateurs, elle avait déjà menacé de retirer le moteur de recherche du marché australien si cette loi était votée.

Dans cette courte vidéo apparaissant sur la page d’accueil du moteur de recherche, mais aussi sous forme de contenu sponsorisé sur Twitter et Facebook, elle explique pourquoi, d’après Google, la loi que souhaite adopter le gouvernement australien est dangereuse : « Si le simple fait de montrer un lien renvoyant vers un certain type d’information devient payant, vous détruisez le mode de fonctionnement des moteurs de recherche. Et c’est aussi la fin d’un Internet libre et ouvert. Nous ne sommes pas contre une nouvelle loi mais il faut que celle-ci soit juste. »

Solution de Google rejetée par les grands médias

Dans la même vidéo, Mel Silva assure que Google est disposé à payer pour soutenir le journalisme mais selon ses propres termes et à travers sa propre plateforme : Google News Showcase, à laquelle un peu plus de 400 médias à travers le monde ont déjà adhéré.

Une solution rejetée par les plus grandes entreprises de presse en Australie, notamment parce que le soutien financier proposé par Google, un milliard de dollars sur trois ans à l’échelle mondiale, est bien en dessous de leurs attentes. Pour le seul marché australien, les éditeurs de presse, une fois la législation en cours d’examen adoptée, espèrent obtenir de Google un minimum de 400 millions d’euros par an.

Source : Rfi

Commentaires

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.