Actualite, Contribution

Les Africains et la France (Simple avis Par Pascal Kouassi)


-France, fous-nous le camp !

-France, viens t’ingérer dans nos affaires africaines ! C’est bizarre !

“Si l’Afrique francophone a du mal à se développer, c’est à cause de la France qui pille nos ressources. Elle ne veut pas que l’Afrique s’émancipe. Nous voulons notre indépendance, foutez-nous le camp maintenant. Armée française, allez-vous-en !” Que n’a-t-on pas entendu, surtout, à propos du CFA?

Au même moment. Lors de la dernière présence sur le sol ivoirien du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves le Drian, des journaux ont placardé à leur Une que le Français était venu recadrer la politique d’Alassane Ouattara et non pour les funérailles d’Amadou Gon Coulibaly. Et ils ont JUBILÉ. C’étaient la plupart des journaux bleus très critiques contre la politique d’INGÉRENCE dans les affaires africaines et le PILLAGE de nos ressources par la France. Les internautes, de leur côté, ont enflammé la toile croyant savoir l’objet de la visite d’un ministre français en Côte d’Ivoire pendant que la France célébrait sa fête nationale. Certains abondaient dans le sens des journaux et reprenaient leurs propos ; d’autres souhaitaient que la France vienne dicter la conduite à suivre à Ouattara. C’est bizarre !

“Si l’Afrique francophone a du mal à se développer, c’est à cause de la France qui pille nos ressources. Elle ne veut pas que l’Afrique s’émancipe. Nous voulons notre indépendance, foutez-nous le camp maintenant. Armée française, allez-vous-en !” Que n’a-t-on pas entendu, surtout, à propos du CFA?

Pendant et après la nième élection de Denis Sassou Nguesso au Congo Brazzaville, des opposants se sont offusqués de ce que la France ne soit pas intervenue pour empêcher ce nouveau mandat suite à la révision de la Constitution congolaise; d’autres ont supplié la France de ne pas reconnaître le pouvoir du président congolais.

Sur l’autre rive du fleuve Congo, les opposants au régime de Joseph Kabila avaient imploré François Hollande de boycotter la réunion périodique des pays francophones que devait abriter la RDC. Comme la RDC est un pays qui compte énormément au plan de la population, François Hollande n’a pas “eu cœur” de boycotter ce sommet de la Francophonie, mais c’est tout comme. Pendant l’allocution du président Kabila, il n’a accordé aucune attention ; il écrivait… En tout cas, il faisait autre chose. Et ce mépris du président français à l’encontre de leur président a été bien accueilli par les opposants et s’en sont délectés. Ils étaient vraiment heureux: François Hollande, venu malgré lui, s’est foutu de leur président, il l’a humilié. Des Congolais ravis! C’est bizarre !

France, on t’aime, France on te déteste. Le dernier discours du président Bédié à l’Assemblée nationale le 22 décembre 1999 se voulait vraiment révolutionnaire. Certains propos disaient que la Côte d’Ivoire ne voulait plus d’ingérence de qui que ce soit, que la Côte d’Ivoire était devenue capable de prendre son destin en main.

‘’Et ce mépris du président français à l’encontre de leur président a été bien accueilli par les opposants et s’en sont délectés. Ils étaient vraiment heureux: François Hollande, venu malgré lui, s’est foutu de leur président, il l’a humilié. Des Congolais ravis! C’est bizarre !’’

Pourtant, le 24 décembre, il a eu besoin de la France. Et cette France s’est contentée de l’escorter jusqu’à Lomé. Et puis, des responsables de l’armée française ont dit que des soldats étaient prêts à décoller du Togo pour éviter le coup d’État, mais ils ne sont finalement pas intervenus parce qu’il n’y avait pas un petit groupe de soldats loyaux sur lesquels ils pouvaient s’appuyer. Prétexte ou vérité ? Le président Gbagbo ne cachait pas son aversion pour la FrançAfrique et son idée d’affranchissement vis-à-vis de la France. Dès le début de la crise en 2002, il a cependant demandé deux hélicos de combat à la France au nom des accords militaires franco-ivoiriens. L’Elysée a refusé cette requête parce que c’était une affaire “ivoiro-ivoirienne”, et aussi, parce que l’utilisation des hélicoptères allaient “faire beaucoup morts”.

Si la France adopte une attitude bizarre en Afrique, c’est parce que les Africains ne savent pas eux-mêmes quelle attitude adopter devant la France. On aime la France quand elle nous arrange, on la déteste quand elle ne fait pas notre affaire. C’est bizarre non ?

Commentaires

commentaires