Actualite

[Facobly : Appuis de l’État aux sinistrés] Le peuple Wobè boude 4 ministres d’ADO


Facobly, le 13-06-2024 (lepointsur.com) Moins de 10% de la population du Département de Facobly a pris part le dimanche 9 juin dernier, à la cérémonie de compassion de l’État de Côte d’Ivoire aux sinistrés du 23 avril 2024 suite aux vents violents qui ont ravagé leurs différentes infrastructures publique et privée. Une faible mobilisation d’une population estimée en 2014, à plus de 76 mille habitants et qui en dit pourtant long sur leur non enthousiasme devant la réponse quelque tardive du Gouvernement Ivoirien aux sinistrés des effets négatifs du changement climatique dans la Région du Guémon, une localité du District Autonome des Montagnes.

En effet, la population estimée à environ 76.507 habitants selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) réalisé en 2014 par l’Institut National de la Statistique (INS) n’a pas pu prendre d’assaut le stade de football de Facobly. Le modeste lieu de la cérémonie identique à 4 terrains de 600 m² n’a donc pas pu refuser le monde.

En clair, hormis les quelques 12 bâches dressées dont 3 pour les officiels, 6 pour les populations et 3 pour les garants de la tradition, tout l’espace dudit stade était quasi vide à tel enseigne que les véhicules des officiels ont même été stationnés, pêle-mêle, sur le même site, sans aucunement gêner la circulation de quelques badeaux mineurs de circonstance attirés par les sons de la musique de leur époque : la génération « pressée-pressée« .

Ainsi, plus d’un mois jour pour jour après les événements malheureux du 23 avril dernier, l’assistance de l’État Ivoirien est enfin parvenue aux sinistrés de Facobly et, par extrapolation, à ceux de Bangolo aussi, par le biais de 4 Ministres du régime du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Ce, au cours d’une cérémonie qui a été marquée de mémoire d’homme par la violente prise à partie du journaliste représentant le quotidien Soir Infos dans la Région du Tonkpi par un membre de la sécurité d’un des 4 ministres envoyés par ADO d’abord au stade puis au foyer des jeunes de Facobly. Provoquant ainsi le courroux des journalistes de la Région du Guémon et du Tonkpi.

Pourquoi si tard ? Et si c’était en période de guerre, d’incendie ou de tremblement de terre, les aides tarderaient-elles tant, ainsi? Q’adviendra-t-il si un volcan dormant dit-on dans la Région se réveille? Enfin, lieu ne serait-il pas question de revoir et ou reformer la mise en œuvre du protocole national de sécurisation des populations, le fameux plan ORSEC pour mieux répondre aux besoins des sinistrés, en heure et en temps réel, de peur d’en ajouter davantage à leurs souffrances psychologique, financier et matériel ?

C’est donc dans ce décor si translucide que les 4 « mousquetaires » d’ADO sont intervenus, les uns pour appeler à la paix et à la cohésion sociale puis annoncer les dons en nature et en espèces (6 millions 10 mille FCFA, 250 sacs de riz, 600 bouteilles d’huile, 2500 sachets de tomates, 1000 spaghettis, 3000 morceaux de savons, 250 nattes, 20 tonnes de ciment et 1500 feuilles de tôles) et, les autres, pour haranguer le peuple très lucide Wobè à suivre le régime en place, non sans courtiser aussi l’honorable parlementaire Séhi Gaspard du Parti des Peuples Africains-Côte d’Ivoire à les suivre au restaurant.

En clair, le processus de déclenclenchement systématique du système d’appuis aux sinistrés au nombre desquels figurent vaille que vaille des élèves, des femmes et des personnes du 3e âge a fait l’objet de critiques acerbes. D’où la nécessite du passage en revue de son processus de de mise en œuvre effective de prise en charge des sinistrés afin de préserver nombre de vies humaines et la dignité de tous les sinistrés en Côte d’Ivoire.

Lainé Gonkanou, Correspondant Régional

Commentaires

commentaires