Actualite

[Côte d’Ivoire/Santé] Les résultats de la 4e enquête de pharmaco-résistance aux antituberculeux usuels sont disponibles


Abidjan, 23-04-2024 (lepointsur.com) Près de cent cinquante (150) personnes du domaine de la santé ont pris part le lundi 15 avril 2024 à Yamoussoukro à l’atelier de restitution des résultats de la quatrième enquête de pharmaco-résistance aux antituberculeux usuels en Côte d’Ivoire.

Selon le résultat fourni par le Prof N’guessan Raymond, investigateur principal laboratoire, chef du laboratoire National de référence de la tuberculose à l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI), c’est 44 sites de prise en charge de la tuberculose qui ont été inclus dans l’étude. 1024 échantillons ont été reçus dans son laboratoire, 718 provenant du sexe masculin et 306 de sexe féminin avec un ratio de H/F 2,4. C’est 947 soit 92,5 % jamais traité et 77 soit 7,5 % déjà traité. Il a insisté sur les facteurs de risques tels que la consommation d’alcool, le tabagisme actif, le diabète, l’usage de substance psycho active et un séjour en milieu carcéral qui ont été les variables sur lesquelles les enquêteurs se sont basés pour obtenir de très bons résultats. Pour lui, il faut maintenir et renforcer le recours aux tests moléculaires rapides. Ce qui contribuera à toujours améliorer la baisse des TB/RR et TB MR qui était de 4,6% en 2016 à 2,4% en 2023.

Avant lui, monsieur Blaise TIOTSOP, représentant la structure Inov Développement pour l’analyse des données de terrain a souligné que l’étude s’est faite sur un échantillon de 1024. Il ressort de son exposé que les données sont globalement très bonnes.

Dr Orsot Bosso Bai, chercheure à l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (IPCI) a présenté la non-conformité et le diagnostic microbiologique. Elle a insisté sur les types de non-conformité dites majeures ou mineures pouvant altérer la qualité dans le rendu des résultats et a prodigué des conseils aux techniciens de laboratoire.

Dans les discours officiels, le directeur régional de la santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle, Dr Miezan Egnankou s’est réjoui de la présence de tous ces sommités de la lutte contre la tuberculose réunis à cette cérémonie. Il a souligné sa grande joie de ce que ces résultats pourraient donner pour que le travail se fasse dans de très bonnes conditions à l’avenir.

Quant au représentant du directeur général de la santé, Dr Kouakou Jacquemin, directeur coordonnateur national du Programme National de la Lutte contre la Tuberculose, il a expliqué que cet atelier revêt une importance pour la suite de la lutte. « La Côte d’Ivoire est en droit de s’estimer fière de pouvoir réaliser sa quatrième enquête de pharmaco- résistance aux regard de la rigueur nécessaire à la réalisation d’une telle enquête », a-t-il souligné.

Il a profité pour féliciter tous les acteurs du programme qui se sont impliqués dans la réalisation pratique avec l’enrôlement des patients, la réalisation des examens de suivi et la prise en charge des malades détectés. Et aussi un remerciement spécial au laboratoire de référence du programme, sis à l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire dirigé par le professeur N’guessan Raymond qui, avec son équipe dévouée, ont réceptionné les nombreux prélèvements pour les mettre en culture et réaliser les tests de sensibilité.

A noter que la tuberculose pharmaco-résistante constitue une véritable menace pour la santé publique, la lutte contre cette maladie repose sur un diagnostic précoce et une prise en charge adéquate par les antituberculeux indiqués. Ainsi, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de réaliser périodiquement des enquêtes afin de mesurer le niveau de résistance aussi bien aux antituberculeux intégrés dans le protocole.

Le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT), avec l’appui financier du Fonds Mondial, a organisé du 15 juin au 31 décembre 2023 cette quatrième étude.

Une correspondance particulière de I.Y.

Commentaires

commentaires