Actualite, Contribution, Point de vue

[Côte d’Ivoire/Présidentielle 2025] Ces investitures armées


Abidjan, 15-05-2024 (lepointsur.com) Investiture sans invitation de partis politiques ? Entre militants ? Sinon, on ne peut pas inviter des partis et faire leur procès devant leurs représentants.

“ Vraiment, il faut qu’on cherche des freins pour les bouches de ces hommes politiques ! Des freins solides pour ces hommes pas du tout jeunes, donc, en principe, à la sagesse indéniable. ’’

Constat : lors de l’annonce de la candidature à la présidentielle 2025 du Fpi, le président Affi N’guessan, désigné pour porter les couleurs de sa formation politique, n’a pas manqué d’envoyer des piques au parti au pouvoir, son allié. Et vraiment à « bouche armée ». Et si l’alliance n’existait pas alors ?

Vendredi 10 mai 2024, dans la salle archicomble de Sofitel Abidjan hôtel Ivoire, c’était autour du Ppa-ci d’investir son candidat Laurent Gbagbo. Et pendant quelques minutes, il a chargé ses militants de dire à un probable candidat, un banquier, que la présidentielle n’est pas l’affaire de banquier. Et les journaux, les réseaux sociaux se sont précipités pour envoyer le message à « bon entendeur salut » avant que les militants du parti, les principaux émissaires, ne sortent de la salle.

Et comme on connaît les gens du parti du banquier, ne vont-ils pas rétorquer que « la présidentielle n’est pas non plus l’affaire d’ancien prisonnier même s’ils connaissent deux anciens prisonniers devenus présidents ?

Vraiment, il faut qu’on CHERCHE des FREINS pour les BOUCHES de ces hommes politiques ! Des freins SOLIDES pour ces hommes pas du tout jeunes, donc, en principe, à la sagesse indéniable. En principe, lors de ces cérémonies, la sagesse ne devrait-elle pas recommander que l’on attende la liste des différents postulants avant de choisir les adjuvants ou les adversaires ? Surtout que certains rêvent de mener une BATAILLE de RÉHABILITATION et d’autres, celle de la REFONTE de la CEI, n’est-ce pas le voile sur le programme de gouvernement du parti que l’on lève plutôt en lieu et place des joutes verbales anticipées qui pourraient desservir ?

Cheveux blancs ne respectent plus vraiment leur statut ! Alors, les nombreux vice-présidents et conseillers pourraient distiller leurs conseils « avisés » dans les oreilles de leurs candidats, bien sûr ceux qui couchent leurs discours sur une feuille avant de les porter devant les assemblées.

Pascal Kouassi

Commentaires

commentaires