Actualite

[Côte d’Ivoire/Justice] Le collectif des avocats d’Akossi Bendjo va faire recours aux juridictions nationales et internationales


Abidjan, 12-07-2019 (lepointsur.com) Le Collectif des avocats de l’ancien maire du Plateau Noël Akossi Bendjo, ont décidé de saisir les juridictions internationales, après la condamnation de leur client à 20 ans de prison, le mardi 2 juillet dernier. C’était au cours d’une conférence de presse ténue, le jeudi 11 juillet 2019, à Abidjan-Cocody.

Pour les avocats de Noël A. Bendjo en effet, les procédures judiciaires n’ont pas été respectées par la justice ivoirienne lors de ce procès. A en croire par ailleurs les hommes de droits, il y a eu manquement dans la procédure judiciaire, «et cela a été fait volontairement» au vue de la manière dont a procédé la justice ivoirienne pour condamner M. Akossi Bendjo. «Notre client n’a reçu aucun acte judiciaire pour lui faire connaître les charges qui sont retenues contre lui», a affirmé Me Bamba Souleymane, membre du Collectif des avocats de l’ancien maire du Plateau Noël Akossi Bendjo.

«On nous a ignoré au cours de cette procédure judiciaire et le 2 juillet dernier on ne savait pas que notre client comparaissait devant la justice. Sinon, nous serions venus au tribunal par respect pour défendre M. Bendjo», a poursuivi l’homme de droit.

Ainsi, les avocats  du Secrétaire exécutif en charge de la mobilisation au PDCI-RDA ont décidé de faire recours aux juridictions nationales internationales, telle que la Cour européenne des droits de l’homme, qui est chargée de veiller au respect de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et d’attribuer une réparation appropriée aux victimes d’éventuelles violations et la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (la Cour), qui est, quant à elle, une cour régionale créée par les pays africains afin d’assurer la protection des droits de l’homme et des peuples, des libertés et des devoirs en Afrique.

«Bendjo, notre client n’est pas un citoyen lambda, c’est une personnalité politique. Et il ne pouvait pas venir dans ces conditions, où ses droits fondamentaux sont bafoués», a indiqué Me Faye Mohamed Lamine, tout en soulignant que leur client a été contraint en exil et cela est contraire à nos lois», a affirmé par ailleurs, Me Faye Mohamed Lamine, un des avocats de l’ancien maire du Plateau.

Se prononçant en outre sur l’exil de leur client, Me Faye Mohamed Lamine, a indiqué que l’ancien responsable du centre des affaires de Côte d’Ivoire, a été contraint à l’exil. «Il n’y a pas d’exil volontaire. On s’exile parce qu’on craint quelque chose, on s’exile parce qu’on sent que quelque chose va nous arriver. On s’exile parce qu’on a peur que notre que notre liberté soit privée», a souligné Me Faye.

Et pour qu’il puisse retourner en Côte d’Ivoire, il faut que le président de la République Alassane Ouattara, en sa qualité de Chef suprême, donne une garantie que «les droits de notre client ne seront pas bafoués et que les règles judiciaires seront respecter». En outre, il a affirmé que leur client peut venir en Côte d’Ivoire pour être jugé pour les charges retenues encontre lui mais,  «il faut que cela se passe dans un cadre légal».

Poursuivi par la justice ivoirienne pour détournements de fonds, l’ancien maire de la commune du Plateau,  Noël Akossi Bendjo, a été condamné à 20 ans de prison, 5 ans de privations de droits, retrait du passeport, 5 ans d’interdiction de sortir du pays et à une amende de plus de 10 milliards FCFA , le mardi 2 juillet 2019.

Installé en France depuis plusieurs mois, souligne-ton, le Secrétaire Exécutif en charge de la mobilisation au PDCI-RDA, est également poursuivi pour faux usages de faux et blanchiment de capitaux.

Georges Kouamé

Commentaires

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.