Actualite

[Côte d’Ivoire/Élection du Vice-Président du CNCO] La modification d’un décret divise les associations de consommateurs


Abidjan, le 18-06-2021 (lepointsur.com) L’élection du Vice-Président du Conseil national de la consommation (CNCO) s’est tenue le mercredi 16 juin dernier sous la supervision de la présidente de ladite institution.
De ce fait, cette démarche est mal appréciée par par le Forum des Lecteurs Auditeurs et Téléspectateurs de Côte d’Ivoire (FLATELCI), membre du CNCO.
 
Toutefois, dans une déclaration qu’elle a pondu le même jour, Mireille ZAGADOU, déplore une contradiction des textes et conteste, à cet effet, l’élection du vice-président du CNCO.
 
Nous ne reconnaissons donc pas les résultats des élections de ce matin et nous nous battons pour qu’il en soit ainsi “, a-t-elle porté à la connaissance.
Ci-dessous l’intégralité de la déclaration :
Le DECRET n°2018-384 du 04 avril 2018 portant attributions, organisations et fonctionnement du Conseil National de la Consommation (CNCO) dispose en son article 4 que le CNCO comprend trente-deux membres dont sept (7) représentants des Organisations de Consommateurs agréées au niveau NATIONAL.
En 2019, la Confédération des Organisations de Consommateurs de Côte d’Ivoire (COC-CI) a été sollicitée par le Ministère du Commerce à l’effet de lui fournir la liste des sept représentants du mouvement consommateur au CNCO.Le 14 janvier 2019, par courrier N° PCA/COC-CI/VMC/090/0017/2019 du Président du Conseil d’Administration de la COCI-CI, ladite liste a été transmise au Ministère du Commerce.
A notre grande surprise, le DECRET n°2020-720 du 23 septembre 2020 portant nomination des membres du Conseil National de la Consommation (CNCO) fait apparaitre en son article un (1), huit (8) représentants pour les organisations de consommateurs dont deux pour une même organisation.
Face à cette situation inédite, de contradiction entre les deux décrets un arbitrage des juristes sur la conduite à tenir en pareille circonstance était de notre point de vu indispensable d’autant plus que le second décret remettait au goût du jour également la question de la désignation du vice-président du CNCO pourtant tranchée dans le courrier du PCA de la COC-CI du 14 janvier 2019.
Nous sommes toujours candidat au poste de vice-présidence du CNCO puisqu’on nous impose d’aller aux élections mais alors que les candidats partent tous avec les mêmes chances.
Nous avons en face de nous un adversaire que tout semble avoir été réuni pour favoriser avec deux représentants pour sa seule organisation. Cela est injuste et inacceptable pour nous.
N’ayant pas été suivi dans notre démarche qui visait à reporter sine die cette élection le temps d’élucider tous les préalables, dont la logique coule de source, nous avons suspendu notre participation à la réunion de ce matin.
Nous avons été suivi dans cet acte de protestation par d’autres représentants d’organisations de consommateurs.
Nous ne reconnaissons donc pas les résultats des élections de ce matin. Les associations de consommateurs ont longtemps réclamé la création du Conseil National de la Consommation en abrégé CNCO et l’ont obtenu grâce au leadership du Ministre du Commerce SOULEYMANE DIARRASSOUBA. Il nous revient de conduire cette institution en respectant toutes les règles de droits. Nous nous battrons pour qu’il en soit ainsi.
Nous en appelons à notre Ministère de tutelle pour que les textes du CNCO soient respectés et que les leaders des associations de consommateurs soient traités sur le même pied d’égalité.
Pour le compte du FLATEL-CI,
membre du CNCO
La Présidente
MIREILLE ZAGADO

Commentaires

commentaires