Actualite

Après l’échec du Cameroun/Paul Biya ordonne des “investigations”


Le président camerounais Paul Biya a demandé au chef de son gouvernement Philémon Yang de mener des "investigations" suite à l’élimination précoce du Cameroun (Ph: Dr)

Le président camerounais Paul Biya a demandé au chef de son gouvernement Philémon Yang de mener des “investigations” suite à l’élimination précoce du Cameroun (Ph: Dr)

Le président camerounais Paul Biya a demandé au chef de son gouvernement Philémon Yang de mener des “investigations” suite à l’élimination précoce du Cameroun du Mondial-2014. Un rapport sera publié d’ici un mois.
La mauvaise prestation des Lions indomptables lors du Mondial-2014 au Brésil ne devrait pas rester sans suite. Mercredi, le président camerounais, Paul Biya, a ordonné à son Premier ministre, Philémon Yang, de mener des “investigations” sur la débâcle de la sélection nationale, rapporte un communiqué de la présidence transmis à l’AFP.

Le président de la République, Paul Biya, a prescrit ce jour au Premier ministre, chef du gouvernement, de lui soumettre dans un délai d’un mois le résultat de ses investigations sur les causes de la campagne peu glorieuse de notre équipe fanion, les Lions indomptables, à la Coupe du monde de football de 2014“, explique le secrétaire général de la présidence, Ferdinand Ngoh Ngoh, dans ce document.
Les résultats de cette enquête devront être assortis de “propositions en vue d’une restructuration profonde et urgente du football camerounais“, ajoute Ngoh Ngoh sans autre commentaire.
“Honte”, “déshonneur” et désamour
Le Cameroun a quitté le Mondial brésilien dès le premier tour de la compétition, avec un bilan catastrophique de trois défaites.
Mercredi, la délégation officielle présente au Brésil est retournée à Yaoundé. Seuls 12 des 23 joueurs faisaient partie de cette délégation.
Dans le pays, l’opinion est très amère à l’égard des joueurs, beaucoup exigeant qu’ils remboursent les primes perçues pour leur participation au Mondial. Des primes qui avaient donné lieu à une polémique surprenante avant même le début du Mondial, puisque les joueurs avaient refusé de monter dans l’avion les menant au Brésil.
La presse a également fait ses choux gras de ce désamour pour les Lions indomptables, en employant des termes particulièrement durs à l’endroit de Samuel Eto’o et ses coéquipiers. “Lamentable”, “honte” ou encore “déshonneur” ont notamment barré les unes des quotidiens nationaux.

De notre correspondante Maty G Fanny avec AFP

 

Commentaires

commentaires

Vote final

Note finale 0

Les commentaires sont fermés