Actualite

[Côte d’Ivoire Conseil régional du Guémon] L’étau se resserre autour des mauvaises langues


-Oulai Deazi, directeur général du Conseil catégorique : ‘’J’attends les preuves des malversations’’

-Célestin Serey Doh, président du Conseil régional : ‘’Qu’on me juge à travers mes réalisations’’

Abidjan, 30-06-2020 (lepointsur.com) Le président du Conseil régional Guémon, Célestin Serey Doh, n’a commis aucune malversation, selon les informations relayées ces derniers temps. Le témoignage de Oulai Deazi, directeur général du Conseil est édifiant: « Le jour les malversations seront avérées, je serai le premier à partir du Conseil parce que je suis fonctionnaire nommé », coupe-t-il court.

Le problème des ambulances n’est autre qu’‘’un habillage’’ et ‘’un cache-sexe’’ pour  enfler la polémique et la rumeur. M. Serey Doh, qui est accusé dans cette affaire recadre le débat. De la décentralisation au Trésor public, soutient-il, les écritures de banque concernant les deux ambulances qui font feu de tout bois sont intactes.  « Si Célestin Serey Doh avait utilisé cet argent, le trésor payeur de Duékoué ne pouvait pas faire virer les 30 millions FCFA devant servir à l’achat de ma voiture de fonction»

Selon M. Serey Doh, le véhicule de 27 millions FCFA dont fait cas son prédécesseur n’est autre qu’un véhicule accidenté qu’il a, selon lui, ‘’refait’’ lui-même. « C’est un véhicule de couleur noire que ces enfants roulaient, tout Duékoué le sait. Il l’a retapé et repeint en blanc pour le remplacer par la V8 qu’il devrait me remettre. Or sur la carte grise, c’est bien mentionné ‘’véhicule de couleur noire’’. J’étais obligé de la refaire en noir », indique Serey Dié, ajoutant, par ailleurs, « que le DAF reconnaisse que, bien que je sois très jeune, je suis un élu du peuple et son patron. Il ne devrait pas regarder l’âge pour préparer une riposte en sourdine.»

Pour lui, ses adversaires ne démordent, pas parce qu’ils ne digèrent pas encore sa victoire : « Je vous invite à vous rendre à Duékoué pour interroger les vieux, qui ont marre que je sois accablé dans la presse, parce que je suis en train de faire un travail concret. Mon Conseil et moi sommes en train de reprofiler les routes, construire des écoles primaires et des centres de santé.»

À en croire le président du Conseil régional du Guémon, ils  utilisent  les réseaux sociaux et la presse pour faire de l’intox et le traîner dans la boue. « Mes réalisations en un an, de mandat parlent d’elles-mêmes et renforcent la synergie entre la population et moi. Les gens créent toutes ces histoires parce qu’en 2023, mes réalisations battront campagne à ma place», ajoute-t-il.

Le directeur général du Conseil régional, Oulai Deazi, explique c’est ‘’une situation qu’on a trouvée’’.  Mieux, argumente-t-il, l’objectif des Conseils n’est pas de doter les vice-présidents de véhicules. « Nous sommes venus pour investir dans les infrastructures. Le président du Conseil régional n’a pas de voiture donc c’est une affaire de programmation », indique-t-il.

Il invite tous ceux qui accusent l’actuel président du Conseil régional d’apporter des preuves. « Je suis le DG du Conseil, qu’ils apportent la moindre preuve et je vais apporter la réponse. Quand le ministère de l’Intérieur écrit, c’est moi qui réponds, je suis juriste de formation et je sais de quoi je parle. Le jour, les malversations seront avérées je serai le premier à partir du Conseil parce que je suis fonctionnaire nommé » menace-t-il.

Pour lui, les collectivités sont le prolongement de l’État. « Il peut y arriver que dans le fonctionnement nous soyons à cours de liquidité pour telle ou telle activité que nous avons programmée », explique-t-il. Par ailleurs, renchérit-il, depuis que l’actuel Conseil a été investi, le président n’a pas encore de véhicule.  « Le Budget des élus c’est le budget des investissements. C’est ce budget-là qui leur permet de réaliser des ouvrages qu’ils ont promis aux populations. Le budget de fonctionnement, c’est pour l’administration du Conseil et il comprend le carburant, les fournitures du bureau, réparation etc. Donc c’est mieux d’approcher, aller à la source pour avoir de bonne information sinon nous sommes toujours au combat avec nos adversaires, nous sommes sur le terrain, et nous travaillons », conclut-il.

Le président du Conseil régional, Célestin Serey Doh,  est serein et ne demande qu’à être jugé par les réalisations promises aux populations que par des accusations ‘’sans preuves’’.

Lucienne SERY

 

Commentaires

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.