Actualite

[Côte d’Ivoire/Candidature de Gon Coulibaly] Albert Flindé invite les hauts cadres de l’ex-UDPCI à clarifier leur position


Abidjan, 26-03-2020 (lepointsur.com) Face à l’hésitation des hauts cadres de l’ancien parti Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci), fondu dans le parti au pouvoir le Rassemblement des houphouètistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), par rapport à la candidature du Premier Ministre, Amadou Gon Coulibaly, le ministre Albert Flindé, cadre du Rhdp, les a invités, au cours d’un point-presse, qui a eu lieu ce jeudi 26 mars 2020, à clarifier leur position.

Pour le président du mouvement “Tonkpi Rhdp 2020’’ après la désignation du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly comme candidat du Rhdp à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, lors d’un Conseil politique extraordinaire, tenu le jeudi 12 mars 2020 à l’Hôtel Ivoire, toutes les forces vives du parti unifié se mobilisent autour de cette candidature. Cependant, «l’on assiste, au sein de l’ex-UDPCI, à des attitudes et à des activités dignes d’une danse de sorciers», dira-t-il.

Se basant en effet sur les récentes réunions du bureau politique et de la direction de l’ex-Udpci, assorties de communications (communiqué, conférence de presse) aux contenus flous, Albert Flindé a indiqué que ces activités viennent compléter l’attitude visible de défiance du ministre de l’enseignement et de la recherche scientifique, Albert Mabri Toikeusse, président dudit parti, lors du dernier Conseil politique du RHDP et relèvent d’une subversion. «C’est la manifestation d’une contestation en sourdine du choix porté sur SEM le Premier Ministre Amadou Gon COULIBALY comme candidat », a-t-il déclaré, tout en soulignant que les activités de l’ex-UDPCI sont en contradiction avec les dispositions du Rhdp et la loi sur les partis politiques.

Car comme on le sait, le samedi 12 mai 2018, à Yamoussoukro, à l’issue de son deuxième congrès extraordinaire du parti dirigé par le président Alassane Ouattara, le dernier du genre, l’UDPCI a librement entériné le choix du parti unifié.

Dans une suite logique, le 26 janvier 2019, par un Congrès Constitutif, le Rhdp est né officiellement comme parti politique, dont l’ensemble des dirigeants, cadres et militants de ce qui va être l’ex-UDPCI sont aujourd’hui membres des instances et en particulier, les 17 membres fondateurs qui ont pris part à l’Assemblée Ordinaire du 10 juillet 2018, dont 12 au Conseil Politique, 02 au Directoire et 03 à la direction exécutive.

Alors, «Comment comprendre donc que ce défunt Parti, son ex-Président Albert Toikeusse MABRI en tête, continue de fonctionner avec des instances qui auraient dû se fondre dans celles du RHDP ? A quoi servent ces réunions de Bureau Politique ou de Direction d’un Parti qui n’existe plus ? Quels sont les objectifs, lors de ces réunions,  d’un utopique projet de congrès extraordinaire et de la propagation  d’une illusion de négociations avec la haute Direction du RHDP, en l’occurrence, le Président Alassane OUATTARA, le Président du Directoire, SEM Amadou Gon COULIBALY ou le Secrétaire Exécutif, le Ministre Adama BICTOGO ?», s’est interrogé le conseiller spécial du Premier Ministre.

Ainsi, au vu de tout cela, M. Flindé a, dans ses propos liminaires, attiré l’attention de la haute direction du RHDP sur ces agissements, qui mettent en mal la cohésion au sein du Rhdp, surtout dans le contexte actuel des préparatifs de l’élection présidentielle de 2020.

Il a par ailleurs, invité tous les autres cadres et militants du RHDP, issus de l’UDPCI à continuer à prendre toutes leurs places dans le combat pour la paix, la stabilité et le développement de la Côte d’Ivoire dans les sillons des voies tracées par le président Alassane Ouattara, avec Amadou Gon Coulibaly.

Georges Kouamé

Commentaires

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.