Actualite

[Côte d’Ivoire/Mine d’or d’Ity] Quand les retombées ne profitent pas à la communauté locale


Une vue de l’exploitation minière d’ITY (PH/DR)

Zouan-Hounien, 20-3-2019 (lepointsur.com) La mine d’or d’Ity située dans l’ouest montagneux, dans la région du Tonkpi et particulièrement dans le département de Zouan-Hounien, se trouve être la première grande mine d’or de Côte d’Ivoire et l’une des plus grande mine d’Afrique. Malheureusement, les retombées de l’exploitation de ce or, ne bénéficie pas à la population locale.

Mise en exploitation depuis 1991, cette mine a fait et continue de faire les plus beaux jours de l’économie française, car exploitée dès son baptême par une entreprise française d’exploitation minière qui s’est muée en Société de Mine d’Ity (SMI).Cette mine à travers l’entreprise française la (SMI), produit plus de 800 000 onces d’or. En 2013, avec une production estimée à plus de 2,54 tonnes d’or la SMI faisait un excédent de 20 milliards de FCFA.

Une manne financière qui, certainement a une importance et un impact dans le PIB ivoirien, mais à la réalité ne profite véritablement pas à l’économie ivoirienne, enfin, si l’on en croit à nos sources. Alors que dire de la population local, notamment du Tonkpi et particulièrement la ville de Zouan-Hounien où est implantée l’entreprise ? La réponse est toute simple. La ville n’en bénéfice pas. IL suffit simplement de voir l’état de délabrement de la ville et les conditions d’épanouissement des populations, pour se faire une nette idée.

Surtout quand on sait aussi, ce à quoi ces populations vulnérables sont exposées comme maladies. Nos sources font état de ce que cette l’entreprise octroierait en termes de budget participatif au développement local, la coquette somme de 100 000 000 de francs Cfa à la commune de Zouan-Hounien. Cette somme aurait connu aujourd’hui une augmentation complémentaire de 200 000 000 de francs Cfa selon nos mêmes sources qui seraient gérés par un comité présidé par le préfet de ladite localité.

Si cette information était avérée, nombreux sont ceux qui s’interrogent sur l’utilisation de ces fonds vu que la situation de délabrement du département et des voiries. En 2014, un vaste mouvement de jeunes désœuvrés, de la ville revendiquait leur mise à l’écart dans le processus d’emploi des jeunes comme ouvriers miniers (60% des employés de la mine viennent d’ailleurs).

Est-il normal qu’une population pauvre dorme au crépuscule d’une vaste richesse au quotidien? Pourtant le gouvernement a promis faire bénéficier cette manne financière aux populations directement concernées par l’exploitation industrielle des mines. Le ministre Bruno Nabagné Koné avait soutenu en ces termes : «Le nouveau code minier implique des investissements locaux grâce aux gains pour l’épanouissement des populations».

vivement que les choses changent afin que les populations de Zouan-Hounien, profitent de l’exploitation de cette mine d’or.

Fidèle Neto

Info : Dilane Janvier la voix du Tonkpi

 

 

Commentaires

commentaires