Campagne régionale de communication pour le changement social et comportemental : Dominique Ouattara présente la politique d’autonomisation des femmes de la Côte d’Ivoire


Après la cérémonie de clôture de la conférence des Premières Dames de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel sur la lutte contre la violence, la traite, l’exploitation et le travail des Enfants, Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire a présidé la cérémonie officielle  de lancement de la campagne régional de communication pour le changement social et comportement  en  vue de l’autonomisation des femmes et du dividende démographique (SWEDD).

La cérémonie de lancement de l’initiative en faveur de l’autonomisation des Femmes et du Dividende Démographique »  s’est déroulée à la salle des fêtes du Sofitel Hôtel Ivoire de Cocody, le mercredi 18 octobre 2017.Elle a enregistré la  participation des Premières Dames de l’Afrique de l’Ouest  et du Sahel présentes plus tôt à la cérémonie de clôture de la conférence sur la lutte contre le travail des enfants, mais aussi, de Madame Kaba Nialé, Ministre du Plan et du Développement, des représentants des organisations du Système des Nations Unies telles  que le Fonds des Nations Unies  pour la Population (UNFPA) et l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS).

Cette cérémonie consacre le lancement de cette campagne dans Six (06) pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel. Il s’agit de la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Burkina Faso et le Tchad.  Fervente militante de la question du développement de Genre et de la protection des droits de l’enfant, Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire  a traduit son engagement à cette campagne visant à amorcer un changement de comportement sociétal sur la question de l’autonomisation de la jeune fille et de la femme, mais aussi, sur des questions relatives à la planification des naissances afin de créer de meilleurs conditions pour le développement des pays africains.

Ainsi, afin de donner toutes les choses aux pays africains  d’être au  niveau des pays développés, l’épouse du chef de l’Etat ivoirien a lancé un appel en vue d’un changement de comportement dans nos sociétés. « Il nous appartient de contribuer à œuvrer pour  un changement social et comportemental dans nos sociétés, à travers l’éducation et une prise en charge adaptée de nos jeunes, plus particulièrement de nos jeunes filles. Et cela par des concertations de haut niveau comme celle d’aujourd’hui », a-t-elle recommandé.

Aussi, l’initiatrice du Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI) a réitéré son engagement solennel en faveur de l’autonomisation de la femme et la capture du dividende démographique. Profitant de cette occasion,  elle a présenté la politique du Gouvernement ivoirien sur la question de développement de Genre.

La politique de développement de Genre du Gouvernement ivoirien

Selon Madame Dominique Ouattara,  cette politique est axée notamment  sur la scolarisation et le maintien des jeunes filles à l’école, la création et l’accès des jeunes filles à des emplois durables, la lutte contre les violences faites aux femmes et la promotion de la de la santé de la reproduction basée sur les droits humains.

A cette politique de développement s’ajoute la création du FAFCI. « Une de nos initiatives que je voudrais partager avec vous, est relative au programme d’autonomisation des femmes que nous accompagnons, grâce à la mise en place du Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire. Grâce à ce fonds de microcrédit, mis en place avec le soutien du Président de la République, Alassane Ouattara en 2012, plus de 120.000 femmes sur toute l’étendue du territoire national, ont pu bénéficier d’un financement, en vue de démarrer une activité génératrice de revenus.

Avec cette aide, elles sont devenues indépendantes, autonomes et ont  retrouvé le sourire »,  a expliqué Madame Dominique Ouattara.  Enfin, Madame Dominique Ouattara a mis en relief le rôle capital que peuvent jouer les Premières Dames dans la sensibilisation et le début d’un vrai changement comportemental et sociétal de ses concitoyens.

« Ainsi, à travers leur Fondation et des actions innovantes, les Premières Dames mènent avec abnégation des actions concrètes de plaidoyer, de sensibilisation et de prise en charge,  pour l’éradication des principaux fléaux qui minent la jeunesse », a-t-elle expliqué.Bien avant la Première Dame ivoirienne, plusieurs communications ont sanctionné cette cérémonie.

En effet, Madame Kaba Nialé, Ministre du Plan et du Développement a situé le cadre de cette  cérémonie.  Elle a ensuite remercié la Première Dame, Dominique Ouattara pour son engagement humanitaire.Tour-à-tour Messieurs Patrick Philippe Ramatoanina, représentant résident de la Banque Mondiale, Dr Laurent Assogba, Directeur Général Adjoint de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) et Mabingue N’Gom, Directeur régional de l’UNFPA ont présenté le rapport nécessaire entre l’autonomisation de la jeune fille et la femme, le dividende démographique et le développement.

A leur suite, les Premières Dames du Burkina Faso,   du  Niger et du  Mali  ont traduit leur engagement à la campagne régionale de communication pour le changement social et comportemental (SWEDD).

Sercom Première Dame

Commentaires

commentaires