Actualite, Point Sur

[Avis de recherche lancé contre un député proche de Soro] Plus de 72 h après, la résidence d’Alain Lobognon disparaît mystiquement


Le procureur de la République, Richard Adou, a annoncé le vendredi 11 janvier 2019, avoir ouvert une procédure de flagrant délit des faits de divulgation de fausses nouvelles et incitation à la violence, contre Alain Lobognon.

L’enfant de Fresco détient-il un pouvoir mystique au point de tout rendre invisible dans son entourage ? La question mérite d’être posée. Tant des confrères et d’autres personnalités reçoivent des convocations de cette Brigade, même les jours non ouvrables.  « J’ai donc instruit la section de recherche de la gendarmerie nationale, à l’effet de rechercher et d’appréhender l’intéressé », a-t-il indiqué.

Plus de 72 heures après, alors que le concerné attend toujours à sa résidence, point de Brigade de recherche de la gendarmerie nationale. « J’ai suivi M. Adou. Je ne me déroberai point à une quelconque procédure. C’est pourquoi, je me présenterai devant la Brigade de Gendarmerie pour prouver que je ne suis nullement responsable des faits qui me sont reprochés. Il s’agit de faire respecter la Constitution de #Ci225 », déclarait le député Alain Lobognon sur son compte tweeter.

Les différents tweets de M. Lobognon

Poursuivant, le député proche Soro mentionnait ce qui suit : « Je l’avais déjà dit. Nous sommes tous des prisonniers en sursis. Le procureur de la République vient de me donner raison. J’irai sans contraintes. Les Ivoiriens doivent savoir que la défense de libertés citoyennes est un combat continu que j’ai débuté en 1994. Je n’ai pas peur ».

Après plus de 72 heures, la résidence de M. Lobognon semble avoir subitement disparu. Cependant,  la section de recherche de la gendarmerie nationale est en train ‘’rechercher et appréhender l’intéressé’’

Le procureur reproche à Alain Lobognon d’avoir annoncé le 9 janvier sur les réseaux sociaux que le parquet avait émis un mandat d’arrêt contre Jacques Ehouo, lui aussi député. « Le procureur a ordonné l’arrestation de notre collègue », avait-il, notamment affirmé. Une information immédiatement démentie par Richard Adou.

Kpan Charles

Commentaires

commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.